Cloud computing world expo 2018 : réversible et souverain

Cloud computing world expo 2018Les 20 et 21 mars, Eric Le Quellenec et Daniel Korabelnikov sont intervenus lors du Cloud computing world expo 2018.

Ces interventions, sous forme de tables rondes, ont permis d’échanger, avec des sociétés, du secteur privé comme du secteur public, clientes récurrentes des fournisseurs de cloud computing, des bonnes pratiques dans le cloud computing sur les sujets suivants :

  • la réversibilité des contrats cloud : la réalité du terrain, vécue par les utilisateurs ;
  • les clouds « souverains » de 2e génération s’affichent publiquement.

Cloud computing world expo 2018 : la réversibilité des contrats cloud

La table ronde de ce Cloud computing world expo 2018, concernant la réversibilité des contrats cloud : la réalité du terrain, vécue par les utilisateurs posait les questions suivantes : Le changement de ‘sourcing’ n’est pas un scénario théorique. Que faut-il exiger des ‘providers’ ? Peut-on pratiquer le multi-sourcing sur le Cloud ? Comment s’organiser ? Quelles sont les clauses importantes ?

Monsieur Pierre Mangin, animateur de cette table ronde au Coud computing world expo 2018, était accompagné de Monsieur Jean-Marie Simonin (clouds automation Team Leader, Radio France), Monsieur Carlo Uzan (DSI transition, Infortive), Cyril Bartolo, (Directeur des applications, Groupe Lagardère) et Daniel Korabelnikov (avocat, Lexing Alain Bensoussan Avocats).

Ces échanges centrés sur les bonnes pratiques et les retours d’expérience n’ont pour autant pas occulté l’état des forces en négociation contractuelle entre les différents acteurs d’un projet cloud.

Les bonnes pratiques doivent être méthodologiquement intégrées par les clients pour user des bons leviers de négociation notamment avant la conclusion du contrat et éviter surtout d’être « captif ». Le mot d’ordre pour le client étant d’être autonome et de sortir du contrat le plus facilement possible, sans coût ou impossibilité technique (mise en œuvre de la portabilité des données par exemple).

Une clause de benchmark, sous condition de résiliation ou de réévaluation du prix du contrat, est une bonne pratique permettant de renégocier son contrat cloud tous les trois-quatre ans et d’analyser l’état économique et technique du marché.

Les questions d’un point de vue juridique, de la prévision contractuelle d’un plan de réversibilité à mettre à jour pendant l’exécution du contrat (en termes de tâches et de livrables attendus par le prestataire pour délimiter contractuellement le périmètre technique de la réversibilité), du planning de réversibilité et de son coût, doivent nécessairement se poser dès lors que l’on soulève les bonnes pratiques de la réversibilité dans le cloud.

La réversibilité doit faire l’objet d’une recette précise, sur la base d’un procès-verbal.

Il ne faut pas omettre un des nouveaux leviers de négociation des contrats cloud, au titre du RGPD, qui porte sur l’obligation du fournisseur Cloud de supprimer les données qu’il héberge à l’issue du contrat.

Cloud computing world expo 2018 : les opportunités du cloud souverain

Eric Le Quellenec (avocat, Lexing Alain Bensoussan Avocats) intervenait quant à lui à une table ronde portant sur les enjeux du cloud souverain et plus précisément sur les problématiques de localisation de la donnée et autres exigences du RGPD et de la directive NIS. À ses côtés Alain Merle, Directeur du programme de Transformation des Centres Informatiques, DINSIC et Christophe Boitiaux, Directeur marketing, T-SYSTEMS France apportaient leur témoignage côté client d’une part, prestataire dans l’Union européenne d’autre part.

L’intérêt d’un cloud souverain se renforce dans un contexte international instable et marqué par l’exacerbation de la compétition économique, donc d’un risque d’espionnage industriel renforcé.

Si les menaces liées au Patriot Act sont connues mais restent limitées, ce sont surtout les conséquences d’une éventuelle nouvelle loi américaine intitulée « cloud act » qui ont occupé les débats. « Cloud » signifie ici « clarifying lawful overseas use of data« . Ce texte d’opportunité autoriserait la justice américaine à obtenir des principaux acteurs du cloud toutes données peu importe leur localisation même hors des Etats-Unis d’Amérique dès lors qu’elles concernent une affaire jugée dans ce pays.

Eric Le Quellenec a rappelé les enjeux des transferts internationaux de données hors de l’Union européenne et les faiblesses du système de l’EU-US Privacy Shield venu en remplacement du Safe Harbour.

Il a ensuite conclu sur les futures certifications et codes de conduite sous-traitants prévues par le RGPD et qui devraient renforcer l’émergence d’un cloud souverain européen.

Alain Bensoussan Avocats
Lexing Département conseil informatique

Programme des conférences.

Laisser un commentaire