L’IA et la réalité virtuelle s’invitent au Festival de Cannes

L’IA et la réalité virtuelle s’invitent au Festival de CannesSigne des temps : l’intelligence artificielle et la réalité virtuelle seront au programme du 70ème Festival de Cannes qui vient de s’ouvrir. Avec, en filigrane, une évidence : le secteur de l’industrie cinématographique est plus que jamais impacté par les enjeux de la transition numérique et digitale.

Un film en réalité virtuelle

Pour la première fois, un film en réalité virtuelle sera projeté sur la Croisette : Alejandro G. Inarritu, le réalisateur de « 21 Grammes », « Birdman » et « The Revenant », Prix de la mise en scène pour « Babel », présentera, tout au long du Festival, un court-métrage de 6mn30, « Carne y Arena », annoncé comme une « expérience immersive » : déclinée en trois séquences inspirées de faits réels, « Carne Y Arena » est une installation en réalité virtuelle qui « brouille les lignes séparant habituellement le sujet de son observateur, en proposant à chaque participant de se mêler aux migrants dans un vaste espace où le premier peut littéralement marcher avec les seconds, vivant pleinement à leurs côtés une partie de leur expérience personnelle de la traversée des frontières » (communiqué de presse).

Filmer avec les robots

Egérie de Chanel et des Rolling Stones, l’actrice américaine Kristen Stewart, après sa présence à Cannes ces deux dernières années dans des films de Woody Allen et Olivier Assayas, viendra présenter, samedi 20 mai, sa première réalisation : « Come Swim ». Ce film de 17 mn a été réalisé à partir d’une technique visuelle appelée « style transfer » qui permet de superposer une image (en l’occurrence la photo d’un homme immergé dans l’eau) dans le but d’en créer une à l’arrivée proche de la texture picturale. L’actrice a d’ailleurs récemment co-écrit avec deux ingénieurs un article scientifique sur ce travail axé sur l’intelligence artificielle développée à cette occasion.

Des programmations dans l’air du temps qui ne doivent rien au hasard, même si le Délégué Général du festival Thierry Frémaux a souligné, lors de la présentation de la sélection, que la présence de ces deux projets sur la Croisette tenait surtout aux liens d’amitié et de fidélité au festival tissés avec leurs auteurs.

Un signe toutefois qui ne trompe, pas s’agissant d’un secteur impacté comme les autres par la rupture digitale.

Blockchain

En effet, si le numérique est aujourd’hui omniprésent dans le 7ème art, des initiatives ont vu le jour récemment en matière notamment de Big data et de blockchain : le Pôle Media Grand Paris organisait ainsi récemment, en partenariat avec le Forum Médias Mobiles et l’AFDESI, un « Labo Blockchain », conférence consacrée à l’application de cette nouvelle technologie dans le secteur de l’audiovisuel. Au programme : comment la blockchain peut-elle profondément modifier certains secteurs de l’audiovisuel. Selon les organisateurs, « la traçabilité des œuvres, la gestion des droits d’auteur, la protection de la propriété intellectuelle, l’acheminement des contenus ou leurs implications juridiques et réglementaires sont autant d’enjeux qu’il convient d’anticiper face à des bouleversements qui s’annoncent des plus disruptifs ».

Marie Soulez
Lexing Propriété Intellectuelle contentieux

Eric Bonnet
Directeur du Département Communication juridique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *