Internet des objets : la nouvelle « nouvelle économie »

Internet des objets : la nouvelle "nouvelle économie"

Internet des objets – A la fin du 20ème siècle, le développement d’internet et du commerce électronique avait tant bouleversé l’économie traditionnelle que l’on parlait d’une « nouvelle économie ».

Aujourd’hui, l’ « internet des objets » (IdO) pourrait à nouveau révolutionner l’économie numérique : il y aurait déjà plus de 15 milliards d’objets connectés sur la planète et on en attend 50 milliards (1), 80 milliards (2) ou 212 milliards (3) en 2020 !

Multiplication des innovations en matière d’objets connectés – Les objets connectés ne sont pas réellement nouveaux. Le téléphone fixe, la radio et la télévision hertzienne en étaient les pionniers. Puis, le micro-ordinateur, le téléphone mobile et quelques autres appareils numériques ont gagné en puissance de communication et en interactivité grâce à la connexion internet. L’ « internet des objets », maintenant que les technologies sont maîtrisées, c’est, la possibilité de connecter la plupart des objets de notre vie quotidienne pour les rendre plus efficaces, plus interactifs ou plus intelligents, pour qu’ils rendent de nouveaux services.

Il en résulte d’immenses perspective d’innovation et de déploiement, déjà explorées dans tous les domaines : des « smart watch » et « smart glasses », à la domotique (notamment pour la commande à distance des appareils ménagers), à la santé et au bien-être (« self quantified » vêtements intelligents, etc.), en passant par la surveillance à distance, jusqu’au pilotage automatique des véhicules et des machines.

Pour l’industrie, les télécommunications, les designers, les créateurs d’application, les professionnels du stockage et du traitement des données, les opportunités de l’ « internet des objets » sont considérables à condition d’identifier les produits et les applications les plus porteurs.

Un gisement de croissance pour les projets rentables – Les objets connectés pourraient tirer vers le haut la croissance économique de demain, mais seuls les projets susceptibles de créer des nouveaux besoins ou de répondre à une demande suffisante pour assurer la rentabilité, auront un avenir durable.

Ainsi, les consommateurs ne seront pas nécessairement ravis de devoir gérer leurs quotidiens à partir de 50 objets connectés différents et privilégieront plutôt les solutions regroupant le plus d’usages dans un même objet, tels que les smartphones pour la mobilité et le téléviseur à la maison, ou le futur boîtier, ou bracelet électronique, qui pourra gérer un ensemble d’applications : communication, paiement, gestion du domicile….

De même le marché de l’ « internet des objets » préférera la valeur ajoutée apportée par l’intelligence artificielle ou par des outils d’aide à la décision, à la simple fourniture d’informations, même personnalisée. La personnalisation perd en effet rapidement son intérêt lorsque la rentabilité exige des applications de masse.

Le marché des objets connectés, capables de fournir des informations, mais aussi de collecter des données sur les usages, propulsera le marché de la Datamasse (Big Data) et celui des éditeurs de solutions capables de rentabiliser leur traitement. Mais les consommateurs seront de plus en plus attentifs aux conditions de collecte et d’exploitation de leurs informations personnelles et les acteurs qui maîtriseront les problématiques de sécurité et de confidentialité des données pourraient être les plus aptes à tirer leur épingle du jeu.

Un marché qui sera soumis à une forte concurrence – Mais seuls les projets les plus aboutis et les plus sécurisés pourront faire face à la concurrence internationale sur ce marché. Trouver des financements sera de plus en plus difficile même si le marché de l’ « internet des objets » connait une forte croissance et la constitution d’un business plan détaillé, argumenté et documenté, intégrant la valorisation des futurs actifs immatériels de l’entreprise et l’analyse économique du marché cible s’avérera indispensable, de même que la connaissance de toutes les sources de financement publiques et privées.

Le développement des projets concurrents ne manquera pas également de donner naissance à de nombreux contentieux en matière de propriété intellectuelle de concurrence déloyale ou en droit des contrats. Le cabinet, spécialisé dans les nouvelles technologies, peut assurer la protection de vos innovations en amont, et, en cas de contentieux, mettra à votre disposition des équipes spécialisées dans la défense de vos créations et de vos intérêts financiers, notamment en fournissant aux juridictions saisies une exacte évaluation et une justification des préjudices subis respectant les règles de preuve en vigueur.

Bertrand Thoré
Lexing Economie juridique

(1) Ericsson White Paper: More than 50 billion connected devices. 02-2011.

(2) Sur le marché de l’ « internet des objets », voir IDATE Research: Internet of things. 26-8-2013.

(3) IDC. Worlwide Internet of things 2013-2020: billions of things, trillions of dollars. Oct. 2013.

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire