Interview novembre 2006

Interview du mois

Mr Jean du Puytison
Président de CapDSI et Directeur des Systèmes d’Information à temps partagé(*)

Un DSI « à temps partagé » : une nouvelle forme d’exercer la profession

Pouvez-vous nous dire brièvement en quoi consiste votre projet de DSI « à temps partagé » ?

J’ai créé en juin 2006, ma propre société de conseil en système d’information « CapDSI », pour être DSI « à temps partagé », après avoir été DSI pour MPO International. J’ai auparavant passé 12 ans comme prestataire de service chez CGI, puis IBM. Mon projet consiste aujourd’hui à faire partager mon expertise de dirigeant informatique en choisissant d’effectuer des missions à temps partagés, hors salariat ou portage salarial. Ces missions peuvent être très précises comme l’aide à la négociation sur des appels d’offres réseaux ou d’infogérance, le pilotage de contrats (assistance à l’élaboration budgétaire et à la maîtrise des coûts, révision de l’ensemble des contrats d’achat, de maintenance, etc.), la direction de projets ou encore l’élaboration d’un schéma directeur. Pour l’instant je suis seul mais je suis en recherche d’associé pour me développer.

Avez-vous des missions types vous permettant d’intervenir au sein d’entreprise très diverses ?

Les prestations de DSI que je propose sont la « DSI à temps partagé » (mission récurrente) et la « DSI de transition ». Le premier correspond au cas où l’entreprise (généralement une PME) décide de ne pas prendre de DSI mais de l’externaliser faute de pouvoir se l’offrir ou d’en avoir besoin à 100 %. Elle a besoin de recourir à une expertise sans avoir les moyens ni la taille suffisante pour recruter un DSI. Ce n’est qu’au moment où elle aura atteint un certain niveau de développement qu’elle pourra s’offrir un DSI à temps plein. Le second cas (DSI de transition) concerne une entreprise dont le DSI démissionne alors qu’il y a des projets importants en cours.

Je peux également intervenir sur un projet qui est en crise pour tenter de l’en faire sortir, par exemple, un projet qui est en train de déraper sur les délais et les coûts. L’entreprise ne sait plus si elle doit l’arrêter ou le continuer ni combien va lui coûter une telle décision et ce qu’elle va perdre ; elle se demande également si elle a le bon prestataire, les bons tarifs ou encore comment elle va pouvoir passer du cadre forfaitaire à la régie, en cours de contrat… autant de questions qui font partie de la « gestion de crise ». Cette mission consiste d’abord à poser un diagnostic sur l’intérêt stratégique (du point de vue du système d’information) de continuer le projet. Si la réponse est positive, la mission consistera alors à re clarifier les enjeux afin remettre le projet sur les rails. Elle peut également se poursuivre par une mission de pilotage des équipes (prestataires, équipe interne et maîtrise d’ouvrage) comme dans une gestion « classique » de projet, avec une organisation de projet, de la communication, le rappel des enjeux de manière régulière, le management des équipes et des prestataires en rééquilibrant le rôle des uns et des autres. Cette mission d’accompagnement nécessite de réintégrer de la rigueur (reprise des comités de pilotage de projet, re motivation des personnes…) et surtout instaurer un climat de confiance. C’est là où le concept de DSI à temps partagé prend tout son sens.

Quels sont actuellement vos clients ?

J’ai un contrat de DSI « à temps partagé » avec MPO International (**) pour des missions hors management (très consommatrices en temps) qui consistent à assurer le conseil et la définition d’une politique de système d’information, définir les grands axes du schéma directeur, assurer l’arbitrage de moyens et le pilotage des contrats d’infogérance. A côté de ce contrat, j’ai pour client d’autres sociétés pour lesquelles je fais notamment de l’assistance à l’élaboration budgétaire, de la direction de projet, ou encore de l’aide pour bâtir des appels d’offres informatique. J’assiste également un comité d’expansion, plus exactement l’agence de développement économique d’une agglomération, qui souhaite relancer l’emploi en initiant des projets technologiques. Ces projets doivent permettre la création ou l’implantation de nouvelles activités informatique au sein de cette agglomération.

(*) contact : dupuytison.jean@neuf.fr

(**) MPO International, spécialiste du pressage de DVD et de CD mpo.fr

Interview réalisée par Isabelle Pottier, avocat.

Parue dans la JTIT n°58/2006