Loi du mois (bis) (30 09 2004)

LOI n° 2004-391 du 4 mai 2004

LOI relative à la formation professionnelle tout au long de la vie et au dialogue social (1)

NOR:SOCX0300159L

Article 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 26, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 53, 54, 57, 58, 59, 60, 61, 62, 63
Créé par Loi 57-821 1957-07-23 JORF 24 juillet 1957.

[*article(s) modificateur(s)*]

TITRE Ier : DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE TOUT AU LONG DE LA VIE.
Chapitre VII : Dispositions financières.

Article 25

La Caisse nationale de garantie des ouvriers dockers instituée par l’article L. 521-4 du code des ports maritimes est habilitée à utiliser une partie de son fonds de réserve pour contribuer aux actions entreprises, à partir du 1er janvier 2000, en faveur de l’embauche et de la formation professionnelle des ouvriers dockers. Un décret précise les modalités d’utilisation de ce fonds de réserve.

La Caisse nationale de garantie des ouvriers dockers est également habilitée, jusqu’au 30 juin 2005, à contribuer dans les ports à des actions de reconversion effectives d’ouvriers dockers, motivées par des circonstances économiques ou sociales exceptionnelles.

Les modalités de mise en oeuvre et de contrôle des mesures prévues à l’alinéa précédent ainsi que le niveau financier de sa participation sont déterminés par le conseil d’administration de la caisse.

Chapitre VIII : La mise en oeuvre concertée des politiques de formation professionnelle et le contrôle de la formation professionnelle.

Article 27

I., II. – (Paragraphes modificateurs)

III. – Les dispositions des I et II sont applicables à compter de la date de publication du décret d’application prévu au quatrième alinéa de l’article L. 910-1 du code du travail.

Chapitre X : Dispositions transitoires et finales.

Article 34

Les dispositions de l’article 30 de la loi de finances pour 1985 (n° 84-1208 du 29 décembre 1984), de l’article 25 de la loi n° 98-657 du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions et de l’article 2 de la loi n° 2001-624 du 17 juillet 2001 portant diverses dispositions d’ordre social, éducatif et culturel sont abrogées, sous réserve des dispositions suivantes :

I. – A compter de la date de publication de la présente loi, les organismes collecteurs paritaires agréées au titre de l’article 30 de la loi de finances pour 1985 précitée sont agréés pour collecter les fonds mentionnés au quatrième alinéa (2°) de l’article L. 951-1 et au troisième alinéa (1°) de l’article L. 952-1. Les dispositions de l’article 30 de la loi de finances pour 1985 précitée sont applicables à ces organismes jusqu’au 30 juin 2004.

II. – Les contrats d’insertion en alternance définis au titre VIII du livre IX du code du travail dans sa rédaction antérieure à la publication de la présente loi et les contrats mentionnés à l’article 25 de la loi n° 98-657 du 29 juillet 1998 précitée peuvent être conclus jusqu’au 30 septembre 2004. Ces dispositions et les dispositions de l’article 30 de la loi de finances pour 1985 précitée leur sont applicables jusqu’à leur terme s’ils sont à durée déterminée ou juqu’au terme de la période de qualification ou d’adaptation s’ils sont à durée indéterminée.

III. – Les contrats de professionnalisation définis au chapitre Ier du titre VIII du livre IX du code du travail dans sa rédaction issue de l’article 13 de la présente loi peuvent être conclus à compter du 1er octobre 2004. Les dispositions relatives aux périodes de professionnalisation définies au chapitre II du même titre dans sa rédaction issue de l’article 14 de la présente loi peuvent être mises en oeuvre à compter de cette même date.

Article 35

Dans les professions agricoles définies aux 1° à 4° de l’article L. 722-1 du code rural ainsi que dans les coopératives d’utilisation de matériel agricole, le pourcentage minimal indiqué au premier alinéa de l’article L. 952-1 du code du travail est fixé à 0,25 %. Des accords de branche étendus, conclus avant le 30 juin 2004, peuvent prévoir les modalités d’évolution de ce taux minimal, qui ne pourra être inférieur à 0,55 % le 1er janvier 2008. Ces accords peuvent également moduler les versements affectés aux différentes actions prévues par les articles L. 931-1, L. 931-20, L. 951-1 et L. 952-1 du même code.

Article 36

Les dispositions de l’article L. 932-1 du code du travail tel que rédigé par la présente loi ne sont pas opposables aux conventions et accords collectifs de branche ou d’entreprise conclus avant le 1er janvier 2002.

TITRE II : DU DIALOGUE SOCIAL.

Article 45

La valeur hiérarchique accordée par leurs signataires aux conventions et accords conclus avant l’entrée en vigueur de la présente loi demeure opposable aux accords de niveaux inférieurs.

Article 55

Dans les conditions prévues à l’article 38 de la Constitution, le Gouvernement est autorisé à modifier, par ordonnance, le code du travail de Mayotte (partie législative) pour y faire figurer, en les adaptant, les dispositions du présent titre.

Cette ordonnance sera prise, au plus tard, dix-huit mois après la publication de la présente loi. Un projet de loi de ratification sera déposé devant le Parlement au plus tard six mois à compter de la publication de l’ordonnance.

Article 56

Avant le 31 décembre 2007, le Gouvernement présente au Parlement, après avis motivé de la Commission nationale de la négociation collective, un rapport sur l’application du présent titre.

Alain Bensoussan

Dès 1978, Alain Bensoussan, avocat à la Cour d’appel de Paris, spécialiste en droit de la propriété intellectuelle, en droit de l’informatique ainsi qu’en droit des relations internationales, a fondé un cabinet dédié au droit des technologies avancées.

shares