Adoption du projet de loi contre le cyber-harcèlement de groupe

cyber-harcèlement de groupeL’Assemblée nationale adopte, au sein du projet de loi contre les violences sexistes, le cyber-harcèlement de groupe. Le projet prévoit de modifier les conditions de constitution de l’infraction de harcèlement afin de permettre la répression d’actes uniques, exercés par plusieurs personnes.

La condition de répétition des actes de harcèlement

Actuellement, le harcèlement moral ou sexuel ne peut être réprimé que s’il est constitué de plusieurs actes répétés par un seul individu. Le texte d’incrimination ne permet donc pas de saisir les comportements exercés par un groupe de personnes si chacune des personnes ne commet pas des actes répétés de harcèlement.

La possibilité de réprimer le cyber-harcèlement lorsqu’un acte unique est exercé par plusieurs personnes

Dans la nuit du 9 au 10 mai 2018, les députés de la Commission des lois ont adopté un projet de loi contre les violences sexistes. Dans ce projet, il est prévu de modifier les conditions d’incrimination du harcèlement, tant sexuel que moral, permettant alors de réprimer les cas de cyber-harcèlement de groupe. Aux termes du projet, le harcèlement pourrait alors être constitué lorsqu’un groupe d’individus agit de façon concertée, même si chaque membre du groupe n’accomplit qu’un seul acte. La condition de répétition n’est donc plus prise en compte par rapport à l’auteur des faits, mais par rapport à la victime du harcèlement.

Le harcèlement de groupe non cantonné à internet

Ce projet de modification des conditions de l’incrimination du harcèlement vise à encadrer le phénomène qualifié par le gouvernement de «raids numériques». Il s’agit de réprimer les auteurs de messages sexistes ou haineux sur internet, messages qui, en s’accumulant, peuvent constituer un véritable cyber-harcèlement pour la personne qui en est destinataire.

Cependant, l’élargissement des conditions du harcèlement ne se limite pas à une application sur internet. En effet, le texte tel qu’il a été rédigé a également pour ambition de saisir les comportements de harcèlement hors internet, et notamment au travail, lorsque plusieurs individus agissent de façon concertée contre une seule personne, quand bien même certains d’entre eux ne commettent qu’un unique acte.

Le gouvernement espère par ce biais faciliter les plaintes pour harcèlement afin que ce type de comportement ne puisse pas rester impuni en France.

Chloé Legris
Lexing Pénal numérique

(1) Projet de loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes, Dossier légilsatif à l’Assemblée nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *