Référentiel général de gestion des archives (R2GA), quels impacts ?

Référentiel général de gestion des archives (R2GA) quels impacts ? Petit-déjeuner débat du 9 avril 2014Petit-déjeuner Référentiel général de gestion des archives (R2GA) du 9 avril 2014 – Polyanna Bigle a animé, avec Antoine Meissonnier (Archives de France), Pierre Fuzeau et Caroline Buscal (Groupe Serda), un petit-déjeuner débat dédié aux enjeux et impacts du référentiel d’archivage dans les organisations publiques comme privées.

Le Référentiel général de gestion des Archives (R2GA) s’adresse en priorité aux décideurs de l’administration publique, de l’État comme des collectivités, mais il n’est pas sans impact sur l’activité de tous les prestataires de service en charge de la gestion des archives, de solutions de GED et autre workflow.

Il est en effet utile pour répondre au mieux aux exigences du secteur public dans ces domaines, notamment en vue d’obtenir certains agréments auprès des services publics.

Il est également une source d’information très intéressante pour tout organisme ou entreprise tenu de sauvegarder et de conserver un grand nombre de documents pour répondre à des obligations d’ordre légal et des délais de prescription. Il peut être utilisé comme outil de pilotage d’une politique archivage papier comme électronique.

Ce petit-déjeuner a été l’occasion d’examiner les questions suivantes :

• Quelle est la valeur juridique de ce référentiel pour les archives ?
• Comment s’articule-t-il avec les autres référentiels généraux (RGAA, RGS, RGI, etc.) ?
• Quelles sont les mesures à prendre ?
• Comment rédiger son propre code de l’archivage et identifier les durées de conservation ?
• Quel plan de gouvernance pour les données et documents numériques et comment accompagner ce changement ?

Le petit-déjeuner a eu lieu dans nos locaux.

 

Laisser un commentaire