Sécurité informatique : le rapport Clusif 2008

Informatique
Fraude informatique

Aspects juridiques de la sécurité informatique : le rapport Clusif 2008

Le Clusif (club de la sécurité de l’information français) a publié au mois de juin 2008 son rapport annuel sur la sécurité des systèmes d’information : « menaces informatiques et pratiques de sécurité en France ». Ce rapport couvre un large spectre puisqu’il repose sur une enquête détaillée menée auprès d’entreprises de plus de 200 salariés couvrant de nombreux secteurs d’activités mais aussi des collectivités locales et des internautes. Les indicateurs nombreux et précis présentés dans le rapport permettent de constater « un inquiétant sentiment de stagnation » selon les termes du rapport, dans la mise en application concrète des politiques de sécurité.

Les constats du Clusif sont en effet relativement inquiétants lorsqu’il est mentionné que 40 % des entreprises ne disposent pas de plan de continuité d’activité pour traiter les crises majeures et 30 % admettent ne pas être en conformité avec la loi Informatique et libertés. Pour autant, c’est fort justement que le Clusif souligne que les risques ne faiblissent pas et deux exemples récents dont la presse s’est fait l’écho illustrent la menace que fait peser sur une entreprise une malveillance sur un système d’information ou une défaillance affectant la disponibilité des services.

Ainsi le 3 septembre 2008 la société Dassault Systems a indiqué qu’un fichier comportant les adresses de 3 216 clients et un ensemble secrets commerciaux avait été diffusé sur l’intranet d’une filiale du groupe Siemens et ce alors que ces données étaient protégées. Plus récemment, le 8 septembre, une panne informatique de près de sept heures a contraint le London Stock Exchange à suspendre les cotations de la bourse de Londres.

Ces deux incidents sont emblématiques en ce qu’ils concernent des acteurs qui disposent sans doute des politiques de sécurité parmi les plus sophistiquées et ceci rappelle que le risque zéro n’existe pas. Pour autant, une telle actualité montre l’impérieuse nécessité de se doter des moyens techniques organisationnels, budgétaires mais aussi juridiques permettant de minorer si ce n’est d’éliminer de tels risques. Le volet juridique est bien une composante structurelle des politiques de sécurité en ce qu’il ne doit pas seulement être le recours ultime quand le risque s’est réalisé mais un ensemble de mesures et pratiques concourrant à la gestion de ce risque.

Les aspects juridiques divers et variés concourrant à une politique de sécurisation des systèmes d’information peuvent être implémentés à des fins préventives, de manière évolutive et enfin de manière curative. En effet, l’exploitation d’un système d’information s’inscrit dans un contexte légal et réglementaire plus ou moins complexe selon les secteurs d’activités concernés. Un système d’information est juridiquement sensible, notamment en ce qu’il met en œuvre des éléments logiciels des données et des bases de données.

Du point de vue des éléments logiciels, ceux-ci présentent la particularité d’être soumis à la protection par le droit d’auteur, ce qui confère à leurs auteurs ou éditeurs des prérogatives extrêmement larges du point de vue de leurs conditions d’utilisation et de maintenance. Des pratiques de commercialisation ou de distribution extrêmement variées sont ainsi développées : de la licence propriétaire la plus stricte jusqu’aux licences de logiciels libres les plus libérales.

La disponibilité des droits d’exploitation des logiciels concourrant au bon fonctionnement des systèmes d’information constitue une mesure de base indispensable à la garantie de la continuité du service. A titre d’exemple d’une politique juridique des systèmes d’information, le contrôle des droits d’exploitation des composants logiciels semble être une précaution élémentaire et indispensable. Il en est de même pour les données et les bases de données qui, sous certaines conditions (notamment d’originalité), peuvent être qualifiées d’œuvres de l’esprit protégeables par la législation sur le droit d’auteur.

L’importation et la diffusion par exemple sur l’intranet de l’entreprise de données protégées ne sont a priori pas libres et doivent donc faire l’objet de mesures préventives pour éviter des téléchargements illicites et des mesures de contrôle pour valider les droits d’exploitation des données utilisées.

Enfin, même non originales, les bases de données considérées comme des collections de données bénéficient d’une protection juridique particulière permettant à leur producteur de définir les conditions d’utilisation qualitativement ou quantitativement substantielles de leur base de données. Le contrôle des politiques de liens sur les bases de données à usage restreint fait aussi parti des mesures juridiques concourrant à une politique de sécurité des systèmes d’information.

Ces quelques exemples ne portent que sur la gestion des droits de propriété intellectuelle dans les composants des systèmes d’information. Cependant, les aspects juridiques de la sécurité ne se limitent pas à ces risques de non-respect des droits de propriété intellectuelle et l’on peut également évoquer l’obligation de conformité de la collecte et des traitements de données à caractère personnel par rapport à la loi Informatique et libertés ou encore les exigences de traçabilité et de transparence des systèmes et des traitements au regard des dispositions légales relatives aux comptabilités informatisées ou de la loi sur la sécurité financière.

De même, peut être intégrée dans les processus concourrant à une politique de sécurité la vérification des impacts de l’évolution ou de la modification des systèmes d’information en vue notamment de déclencher les procédures d’information ou de consultation des institutions représentatives des personnels quand il y a lieu.

Le rapport du Clusif souligne qu’un certain nombre d’entreprises et de collectivités locales organisent leur politique de sécurité conformément à un environnement normatif de type ISO 17799 ou 27001, ce qui paraît encourageant à la condition que les aspects juridiques de la sécurité soient pris en compte et intégrés le plus en amont possible dans les systèmes de management de la sécurité de l’information.

Rapport 2008 du Clusif disponible sur www.clusif.asso.fr

(Mise en ligne Septembre 2008)

image_pdfimage_print