La série Enjeux numériques lance son premier numéro sur l’IA

série Enjeux numériquesLe lancement du 1er numéro de la série Enjeux numériques par les  Annales des Mines aura lieu le 14 mars 2018. A cette occasion, se tiendra une table ronde autour du premier numéro sur le thème « L’intelligence artificielle, un enjeu d’économie et de civilisation ? ». La table ronde sera précédée d’une allocution de Thierry MARTEL, Directeur Général de Groupama SA.

La série Enjeux numériques commence par l’IA

Progrès des algorithmes (apprentissage machine), nouvelles capacités de calcul (des cartes graphiques au cloud) et grandes quantités de données expliquent les avancées de l’intelligence artificielle. Elle s’insère de plus en plus dans une chaine d’interactions avec le monde physique, ce qui lui permet de migrer du monde de l’internet pour prendre place dans les métiers. A travers des exemples dans la finance, l’assurance, l’emploi, le commerce, l’industrie, Enjeux numériques donne la parole à des acteurs qui développent des pratiques de mise en œuvre de l’intelligence artificielle, ou qui réfléchissent sur ces pratiques, pour en éclairer les enjeux économiques et sociaux.

La série Enjeux numériques paraîtra en mars, juin, septembre et décembre en version papier, et la traduction anglaise intégrale des articles sera téléchargeable comme la version française sur le site www.annales.org. Elle traitera des enjeux du numérique pour un public éclairé, mais non nécessairement expert, en croisant les regards technologiques, économiques et sociétaux comme le font les Annales des Mines dans toutes leurs publications.

Après le numéro de mars,

  • le numéro de juin portera sur l’économie et la régulation du Big Data,
  • celui de septembre sur les métiers du droit au défi du numérique et
  • celui de décembre sur les gouvernances du numérique.

Table ronde lançant la série Enjeux numériques

Programme :

  • 18h00 – 18h30 : arrivée des participants.
  • 18h30 : Accueil par François VALERIAN, Rédacteur en chef des Annales des Mines, Conseil général de l’économie
  • 18h35 : Allocution d’ouverture par Thierry MARTEL, Directeur Général de Groupama SA
  • 18h50 : Présentation de la série Enjeux numériques, par Jean-Pierre DARDAYROL, Président du comité de rédaction
  • 19.00 : Table ronde animée par Jacques SERRIS, coordonnateur du numéro de mars 2018, avec :
    Reynald CHAPUIS (Pôle emploi)
    Marie SOULEZ (Lexing Alain Bensoussan Avocats)
    Hubert TARDIEU (Atos)
  • 20h00 – 21h00 : Débat avec le public

Un exemplaire du numéro « L’intelligence artificielle, un enjeu d’économie et de civilisation ? » sera remis gracieusement à chaque participant.

Mercredi 14 mars 2018 à 18 heures
Ecole des Mines, Amphithéâtre L 11
60, boulevard Saint-Michel – PARIS 6ème

Entrée gratuite sur inscription (nombre de places limité).
Pour vous inscrire, cliquez ici.




Table ronde sur les objets connectés et la santé

Table ronde sur les objets connectés et la santéMarguerite Brac de la Perrière interrogée par Quentin Capelle pour l’Atelier BNP Paribas sur les objets connectés en matière d’e-santé précise la législation applicable. Elle interviendra également dans le cadre d’une table ronde intitulée « Santé : freins et enjeux d’un écosystème connecté », qui se déroulera le 5 décembre prochain au siège de à l’Atelier BNP Paribas, initiateur de l’événement. L’internet traditionnel, celui des « autoroutes de l’information » des années 2000, appartient désormais au passé.

Les réseaux sociaux et l’internet des objets, symbolisé par les smartphones et les QR codes, ont permis l’avènement d’une nouvelle ère : celle de de la connexion permanente.

L’internet des objets est sans nul doute « LA » révolution du XXIe siècle. Pour que cette évolution ne soit pas synonyme de chaos, elle doit s’accompagner d’une réflexion juridique immédiate, notamment en ce qui concerne les services et les produits liés au bien être et au suivi de la santé.

Marguerite Brac de la Perrière, interrogée par l’Atelier le 28 novembre dernier, estime qu’en matière d’objets connectés de santé, l’enjeu principal en l’état de la réglementation tient surtout à qualifier les objets et, ainsi, à déterminer le régime juridique applicable.

Dans les faits, nous disposons en France d’un cadre juridique permettant la pénétration des objets connectés au sein des pratiques médicales. Si une évolution de la réglementation pourrait s’avérer nécessaire, principalement à des fins de simplification, l’essor du marché des objets connectés peut se faire dans le contexte juridique en place. Il convient de résister à la tendance française de l’inflation législative. Dans l’attente, la Commission européenne s’est saisie du sujet et a élaboré un plan d’actions pour la santé incluant notamment une clarification du cadre juridique d’ici 2020…

Consulter le programme à cette adresse.

Voir également, Dépêche AFP du 5-12-2013

Marguerite Brac de la Perrière pour L’Atelier,interview du 28 novembre 2013.