Matières créatives connectées : quels aspects juridiques ?

Matières créatives connectéesNaïma Alahyane Rogeon a animé une présentation juridique pour l’école La Fabrique sur les matières créatives connectées.

La Fabrique est une école de mode et de décoration regroupant trois écoles historiques des secteurs de la mode et de la décoration : l’ESIV (Industries du Vêtement, Textile et Habillement), les Ateliers Grégoire (Métiers de la maroquinerie, tapisserie et décoration d’intérieur) et des Ateliers d’étalage.

L’école La Fabrique, en association avec la branche Textiles-Mode-Cuirs, le Ministère du Travail (DGEFP) et Opcalia, a élaboré la première formation-action dédiée à l’apprentissage des matières créatives connectées, l’alliance de l’électronique, de la programmation informatique et des matières textiles et cuirs.

Naïma Alahyane Rogeon est intervenue en tant qu’experte le 13 novembre 2018 afin de présenter le cadre juridique relatif aux matières créatives connectées.

L’intervention juridique a permis un tour d’horizon de la réglementation juridique applicable à ces nouvelles technologies, en présentant également les aspects contractuels à prendre en compte et les incidences de la réglementation en matière de protection des données à caractère personnel.

Tout particulièrement, la présentation animée par Naïma Alahyane Rogeon a permis d’appréhender des problématiques juridiques telles que :

    • Comment appréhender, sur le plan juridique, les interactions entre le numérique, le textile et la mode ?
    • Quelles protections juridiques et stratégies de défense pour les matières créatives connectées ?
    • Quels encadrements contractuels envisager pour renforcer la protection ?
    • Quels sont les impacts de la réglementation en matière de protection des données à caractère personnel ?

La formation, qui ne s’est pas limitée aux aspects juridiques, a permis aux participants d’acquérir les connaissances de base nécessaires à la réalisation d’un prototype connecté, et d’aborder les bouleversements apportés par l’intégration des nouvelles technologies au secteur de la mode, notamment du fait de la multiplication des fonctions des vêtements et textiles connectés.

Ainsi, cette formation dispensée par des professionnels, chacun expert dans leur domaine de compétence et dotés d’une expérience dans l’enseignement, a permis d’atteindre les objectifs pédagogiques multiples :

    • Former les participants aux nouvelles technologies intégrées dans les matériaux souples ;
    • Sensibiliser les participants aux aspects juridiques ;
    • Acquérir une méthodologie intégrant les cahiers des charges spécifiques à la chaîne numérique et au textile ;
    • Acquérir le vocabulaire des métiers complémentaires pour la recherche de composants électroniques pour le textile et les échanges avec des équipes transverses ;
    • Prendre en main les composants basiques de prototypage spécifiques aux e-textiles ;
    • Connaître les techniques de connectique électro-textiles.

La formation s’est tenue les 13, 21, 22 et 23 novembre, et le 21 décembre 2018 au 8 Avenue de la Porte de Champerret à Paris, dans les locaux de La Fabrique.

Formation Matières créatives connectées, 13 novembre 2018.




Faites le point sur l’enjeux des tissus intelligents et vêtements connectés

tissus intelligents et vêtements connectésPetit-déjeuner débat du 17 octobre 2018 « Faites le point sur l’enjeux des tissus intelligents et vêtements connectés » animé par Naïma Alahyane Rogeon et Florence Bost Designer Textile.

Tissus intelligents et vêtements connectés : un marché porteur

Les technologies avancées viennent repenser le secteur de la Mode en lui offrant de nouvelles opportunités et potentialités. La Fashion Tech, intégrant les nouvelles technologies au sein du domaine textile et du vêtement vient apporter une nouvelle expérience numérique de l’habillement.

La fashion tech est l’illustration de l’interaction et la concertation entre deux univers différents disposant de leurs propres codes, celui de la mode et de la technologie.

En témoignent le développement des textiles intelligents, des « wearable technologie » (technologie portable), de l’impression 3D associée au secteur de la mode, de l’internet des objets dans le domaine et du prototypage virtuel.

La mode digitale remet l’individu au cœur du vêtement, permettant de s’adresser de façon individualisée au porteur en exploitant la collecte des données de l’utilisateur.

Tissus intelligents et vêtements connectés : enjeux et perspectives juridiques

Les interactions entre la Mode et les technologies avancées sont multiformes et suscitent des problématiques juridiques spécifiques. D’ores et déjà, ces interactions soulèvent des problématiques juridiques multiples parmi lesquelles :

  • Quelles sont les protections à mettre en œuvre pour développer une innovation ou exploiter à bien ces nouvelles technologies ?
  • Quels sont les impacts en termes de défense et d’encadrement contractuel des œuvres de Mode ?
  • Quelles responsabilités juridiques ?

Par conséquent, ce petit-déjeuner sera l’occasion d’aborder un panorama des technologies numériques émergentes dans le domaine textile et de la mode et d’identifier les enjeux et perspectives juridiques qui s’offrent aux acteurs de la Mode.

Le petit-déjeuner débat a lieu de 9h30 à 11h30 (accueil à partir de 9h00) dans nos locaux, 58 Gouvion-Saint-Cyr, 75017 Paris.

Inscriptions closes.

 




Mode et Technologie : tissus intelligents – vêtements connectés

Mode et Technologie : tissus intelligents - vêtements connectésPetit-déjeuner débat du 11 octobre 2017 sur la « Mode et technologies : tissus intelligents – vêtements connectés » animé par Naïma Alahyane Rogeon et Florence Bost Designer textile & technologie.

Les technologies avancées viennent repenser le secteur de la Mode en lui offrant de nouvelles opportunités et potentialités. En témoignent le développement des textiles intelligents, vêtements connectés et les « wearable technologie ».

Les interactions entre la Mode et les technologies avancées sont multiformes et suscitent des problématiques juridiques spécifiques. D’ores et déjà, ces interactions soulèvent des problématiques juridiques multiples :

  • Quelles sont les protections à mettre en œuvre pour développer une innovation ou exploiter à bien ces nouvelles technologies ?
  • Quels sont les impacts en termes de défense et d’encadrement contractuel des œuvres de Mode ?
  • Quelles responsabilités juridiques ?

Ce petit-déjeuner a été l’occasion d’aborder un panorama des technologies numériques émergentes dans le domaine textile et de la mode et d’identifier les enjeux et perspectives juridiques qui s’offrent aux acteurs de la Mode.

Le petit-déjeuner débat a eut lieu dans nos locaux, 58 boulevard Gouvion-Saint-Cyr, 75017 Paris (Accueil à partir de 9h, la conférence commençant à 9h30 jusqu’à 11h).

Inscriptions closes.




Petit-déjeuner débat « Mode, design et technologies »

Petit-déjeuner débat « Mode, design et technologies »Petit-déjeuner débat du 16 novembre 2016 sur le thème « Mode, design et technologies » animé par Anne-Sophie CantreauNaïma Alahyane Rogeon et Noemie Balmat (Fashion and innovation strategist – clausette) (1).

Les acteurs de la Mode et du design sont souvent pionniers en matière de technologies avancées dont ils s’emparent pour se les approprier et mettre à profit toutes leurs potentialités.

En témoignent l’usage de l’impression 3D dans la mode, le développement des textiles intelligents, l’essayage virtuel, ou encore la « wearable technologie ».

Les interactions entre la Mode, le Design et les technologies avancées sont multiformes et suscitent des problématiques juridiques spécifiques amplifiées par la forte concentration de capital immatériel de ces secteurs.

D’ores et déjà, ces interactions soulèvent des problématiques juridiques multiples :

  • Quels sont les impacts en termes de protection de l’innovation et des données ?
  • Quels sont les impacts en termes de défense et d’encadrement contractuel des œuvres de Mode et de design ?
  • Quelles sont les responsabilités juridiques ?
  • Quelles sont les protections à mettre en œuvre pour développer une innovation ou exploiter à bien ces nouvelles technologies ?
  • Quelles sont les actions juridiques de protection et bons réflexes juridiques à mettre en œuvre ?

Ce petit-déjeuner débat a été l’occasion d’aborder un panorama des technologies numériques émergentes dans le domaine de la Mode et du Design et d’identifier les enjeux et perspectives juridiques qui s’offrent aux acteurs de la Mode et du Design.

Le petit-déjeuner débat a eut lieu dans nos locaux, 58 boulevard Gouvion-Saint-Cyr, 75017 Paris.

La vidéo de l’événement sera diffusée sur notre Chaîne Lexing YouTube.
(1) Lire notre post du 23/03/2016.