Vidéoprotection et contrôles Cnil : Quelles responsabilités des grands acteurs ?

Vidéoprotection et contrôles CnilVidéoprotection et contrôles Cnil : Quelles responsabilités des grands acteurs ? Petit-déjeuner du 30 janvier 2013 – Alain Bensoussan a animé aux côtés de Michel George, Président du GPMSE Installation (Groupement professionnel des métiers d’installateurs mainteneurs en sécurité électronique) et de Virginie Cadieu, Directrice Marketing et communication du groupe Aasset Security International (ASI), membre du groupe TKH et partenaire historique du GPMSE, un petit-déjeuner débat consacré à la vidéoprotection et aux contrôles Cnil.

Des textes spécifiques encadrent les dispositifs de vidéoprotection selon qu’ils sont installés sur la voie publique, au travail, dans un magasin, des locaux professionnels, un établissement scolaire, un immeuble d’habitation ou à son propre domicile.

• Quelles sont les différentes règles applicables ? (autorisation, déclaration, agrément, certification, etc.)
• Quelles sont les précautions à prendre lors de l’installation d’un dispositif de vidéoprotection ?
• Qui sont les personnes habilitées à visionner les images enregistrées ?
• Peut-on associer la reconnaissance faciale (système biométrique) à un dispositif de vidéoprotection ?
• Pendant combien de temps peut-on conserver les images ?
• Quel est le rôle respectif des acteurs du secteur de la vidéoprotection (préfectures, commissions départementales, CNV, Cnil, comités d’entreprises, collectivités locales, bailleurs sociaux, installateurs, responsables sécurité, etc.) ?
• Quels sont les outils appropriés pour mieux relayer l’information auprès des entreprises ? (charte d’éthique, guide d’installation, formations, etc.)

Telles sont les questions qui ont été abordées lors de ce petit-déjeuner.

Michel George et Virginie Cadieu, ont livré leur témoignage en tant que représentant et partenaire de la fédération des principales entreprises de sécurité électronique exerçant dans l’installation de systèmes et la télésurveillance.

Le petit-déjeuner débat a eut lieu le 30 janvier 2013 de 9 heures à 11 heures dans les locaux du cabinet ALAIN BENSOUSSAN.

Laisser un commentaire