Voiture autonome et vie privée : la dépendance aux données

Voiture autonome et vie privéeDans le numéro 48 de la revue PLANETE ROBOTS, Alain Bensoussan et Didier Gazagne abordent le thème « voiture autonome et vie privée ».

Il n’y a pas de voiture autonome sans voiture connectée. C’est un paradoxe, plus un véhicule est autonome, plus celui-ci est en réalité dépendant des données.

La voiture autonome est une véritable centrale de traitement de données. La conception d’un véhicule autonome implique en effet une interaction entre de nombreuses technologies qui permettent au véhicule autonome de fonctionner sur la voie publique sans l’intervention d’un conducteur humain.

Elle intègre également de l’intelligence artificielle (IA) qui permet de traiter les flux de données propres au véhicule et à l’environnement externe et d’activer les commandes du véhicule. A terme, le véhicule autonome aura besoin de capter, analyser, comprendre son environnement en permanence, devenant pour cela une véritable centrale de traitement de données.

Une large part des données utilisées sont en fait des données personnelles, dès lors qu’elles permettent l’identification directe ou indirecte des utilisateurs et occupants du véhicule. La voiture autonome (ou connectée) est donc soumise au respect de la loi Informatique et Libertés et bientôt, du règlement européen 2016/679 sur la protection des données personnelles applicable dès mai 2018.

Capteurs, actionneurs, systèmes embarqués, ordinateurs de bord, intelligence artificielle et applications diverses, chacune de ces technologies produit un gisement de données. (…)

La Cnil, anticipant la future entrée en vigueur du règlement européen, recommande d’adopter une approche de protection des données dès la conception et notamment, de prévoir les fonctionnalités nécessaires pour assurer la conformité d’un projet.

Pour Alain Bensoussan, la voiture autonome doit être « ethic by design ». Les constructeurs de voitures et les fournisseurs de plateformes IA doivent s’y engager s’ils veulent gagner la confiance des utilisateurs.

Alain Bensoussan, Didier Gazagne, pour Planète Robots, « Voiture autonome et vie privée », n°48, Novembre-Décembre 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *