Archive interview février 2005 Jennifer Dahan-Templier

Archive interview de février 2005


Jennifer Dahan-Templier,
Présidente de la société Droit in Situ (*)

Quand l’e-learning se fond dans le knowledge management … c’est géant !

Pouvez-vous nous dire brièvement en quoi consiste votre activité d’éditeur de l’oral ?

Notre métier est d’ « éditer l’oral ». Cela consiste à appliquer une méthode d’analyse et de modélisation du discours afin de pouvoir le relier à toutes les ressources citées, propres au domaine de connaissance concerné (documentaires, images, audiovisuelles) quelles que soit la nature et le format des données. Après 3 ans de recherches et développements, notre société est ainsi parvenue à formaliser et à industrialiser un concept d’organisation des données grâce à la création « d’hyperliens de la parole ».

Quelle est l’innovation de votre produit sur le marché de la transmission du savoir ?

Le procédé d’édition que nous avons breveté va bien au-delà de l’e-learning. Il rend possible la transmission à distance des connaissances et des savoirs faire « de toute nature » dans les domaines les plus complexes. Les formations à distance classiques offrent la disponibilité permanente, en tout lieu et à tout moment. Droit In Situ ajoute « à partir de tout document » grâce à l’agrégation des contenus. Actuellement, la recherche dans les bases de formation pose plusieurs difficultés liées d’abord au fait, qu’il n’y a pas un modèle « unique » de formation. Ensuite, une fois que l’on a trouvé un modèle cohérent, il faut pouvoir lors de la montée en charge (c-a-d quand on va multiplier des contenus), rechercher de façon transversale dans tout le fond de formation, les contenus pertinents. Notre système gère cette problématique dès l’origine puisque tous les index s’agrègent entre eux ce qui permet de traverser toutes les formations de manière à n’écouter que les moments de formation multi-thématique relatifs à un point d’intérêt donné. En outre, on peut utiliser le système de façon réversible : du discours vers la documentation métier et vice versa pour des usages différents. J’ai un document que je ne comprends pas très bien, je clique et je passe en mode formation pour accéder à ce qui a été dit dessus. C’est rendre instantanée la disponibilité de la formation à l’endroit du document sur lequel on se pose la question, au moment où l’on se la pose.

Comment passe-t-on du « savoir académique » au « savoir professionnel » ?

En fait tout repose sur la valeur de l’oral. Il y a des connaissances que l’on ne peut exprimer et expliquer qu’à l’aide de l’oral car à un moment donné, la connaissance n’est ni exclusivement orale ou ni purement écrite, elle est les deux à la fois. Il faut donc être capable de faire le pont cohérent, pertinent, logique entre toute connaissance orale et sa documentation technique. C’est la dessus qu’il fallait s‘appuyer pour parvenir à faire la jonction entre les discours et les objets de connaissance (documentation métier). C’est la plue value de notre produit : être capable d’englober des environnements de connaissance complets, les articuler, les organiser de façon systématique, pertinente sur la base des principes génériques de Droit In Situ. C’est un système très puissant qui permet une valorisation des fonds documentaires entre eux.

Quelles sont les perspectives qui s’ouvrent aux entreprises face à une telle innovation ?

Incontestablement, la « gestion du changement ». Qui plus est, notre innovation permet de le faire dans les meilleurs conditions car on n’est pas obligé de suivre 10 h de vidéo. On peut choisir d’accéder par petites bribes à des discours de formation et commencer à appréhender de nouveaux outils à partir de sa propre documentation métier. L’écoute catégorielle rend en effet le système immédiatement appréhendable par l’utilisateur à partir de n’importe quelle requête textuelle faite dans le cadre de sa profession. Notre innovation permet en outre la capitalisation des savoirs faire et des connaissances d’une entreprise notamment en cas de départ à la retraite d’un expert pointu ou de cession d’entreprise.

(*) Société d’édition de l’oral labellisée ANVAR, Droit In-Situ a obtenu le prix de la jeune entreprise innovante d’i-expo en juin 2004, www.droitinsitu.com/



Interview réalisée par Isabelle Pottier, avocat.

Parue dans la JTIT n°37/2005 p.10