L’Internet des objets au service du transport de fret ferroviaire

fret ferroviaireLongtemps délaissé au profit du transport de voyageurs, le fret ferroviaire connait une réelle transformation digitale. La société Eurogroup Consulting a publié la 5ème édition de son baromètre de perception des chargeurs sur le transport ferroviaire, présenté lors du Salon des Technologies et de l’Innovation 2017 à Lausanne.

Suite à cette publication, où il a été constaté qu’environ la moitié des chargeurs interrogés dénonçaient l’inadéquation entre l’offre ferroviaire et leurs besoins, la société SNCF Logistics, branche du groupe SNCF regroupant toutes les activités de transport de marchandises et de la logistique, a conclu un partenariat avec la société Traxens, start-up spécialisée dans le « Smart Container », visant à répondre à la demande des chargeurs afin de leur offrir des nouveaux services innovants correspondant à leurs besoins.

Smart container pour le fret ferroviaire

La société Traxens a été choisie pour ses compétences reconnues dans le développement de conteneurs connectés dans le secteur maritime.

L’objectif est d’équiper l’ensemble des wagons de fret ferroviaire de la société SNCF Logistics de boitiers connectés afin de permettre de suivre en temps réel l’activité des wagons, leur géolocalisation, etc.

Basés sur les technologies de l’Internet des Objets et du Big Data, ces boitiers visent à améliorer la productivité et la sécurité des acteurs du transport ferroviaire tels que les entreprises ferroviaires, les détenteurs de conteneurs, les loueurs de wagons, les chargeurs, les commissionnaires, les terminalistes, etc.

La société SNCF Logistics a annoncé qu’elle comptait équiper de ses boitiers l’ensemble de ses wagons de fret ferroviaire jusqu’à 2019.

Des boitiers connectés pour des trains intelligents

D’un point de vue technique, l’utilisation et l’industrialisation de ces boitiers, de même que leur réussite commerciale, impliquent que l’ensemble des wagons d’un même train soit équipé du même type de boitier afin qu’ils puissent être utilisés en toute sécurité et communiquer entre eux dans des standards communs, en dehors de leur écosystème.

L’enjeu principal consiste donc, dans un premier temps, à convaincre les chargeurs qui disposent de leur propre flotte de wagons de fret ferroviaire d’adopter la même technologie de boitiers et, dans un second temps, de façon plus générale, à imposer ce type de boitier comme un standard au niveau européen.

D’un point de vue juridique, cette révolution digitale s’articulera nécessairement autour des notions de :

  • Contractualisation (clauses spécifiques à insérer dans les contrats conclus entre un fabricant d’objet connecté et un acheteur)
  • Sécurité
  • Big data
  • Propriété des données produites (appréhension de la gestion de la propriété intellectuelle au travers des contrats conclus avec les éditeurs ou les fabricants d’objets).

Marie-Adélaïde de Montlivault-Jacquot
Alexandra Massaux
Lexing Contentieux informatique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *