Obligations en matière d’analyse d’impact pour les mairies

analyse d’impact pour les mairiesLe RGPD (1) impose un certain nombre d’obligations pour les collectivités territoriales (2). Il existe notamment des obligations en matière d’analyse d’impact pour les mairies.

Le règlement prévoit ainsi la réalisation d’analyses d’impact relatives à la protection des données pour les traitements susceptibles d’engendrer un risque élevé pour les droits et les libertés des personnes.

Compte tenu des traitements particulièrement sensibles que sont susceptibles de mettre en œuvre les mairies, ces dernières sont directement concernées par cette application.

Comment déterminer si une analyse d’impact doit être réalisée ?

L’article 35 du RGPD précise tout d’abord qu’une analyse d’impact est, en particulier, requise dans les cas suivants :

  • l’évaluation systématique et approfondie d’aspects personnels concernant des personnes physiques, qui est fondée sur un traitement automatisé, y compris le profilage, et sur la base de laquelle sont prises des décisions produisant des effets juridiques à l’égard d’une personne physique ou l’affectant de manière significative de façon similaire;
  • le traitement à grande échelle de catégories particulières de données, ou de données à caractère personnel relatives à des condamnations pénales et à des infractions ; ou
  • la surveillance systématique à grande échelle d’une zone accessible au public.

En complément, la Cnil a publié une liste des traitements pour lesquels une analyse d’impact est requise (3).

Conformément à cette liste, une analyse d’impact pour les mairies s’impose notamment s’agissant :

  • des traitements ayant pour finalité la gestion des alertes et des signalements en matière sociale et sanitaire ;
  • des traitements ayant pour finalité l’accompagnement social ou médico-social des personnes ;
  • l’instruction des demandes et gestion des logements sociaux ;
  • des traitements ayant pour finalité la gestion des alertes et des signalements en matière professionnelle.

Certains traitements mis en œuvre par les Centres communaux d’action sociale (CCAS) et les centres municipaux de santé, tels que les traitements de données de santé pour la prise en charge des personnes, sont également concernés.

Une analyse d’impact est également requise si le traitement remplit au moins deux des neuf critères issus des lignes directrices du G29 (4) suivants :

  • évaluation/scoring (y compris le profilage) ;
  • décision automatique avec effet légal ou similaire ;
  • surveillance systématique ;
  • collecte de données sensibles ou données à caractère hautement personnel ;
  • collecte de données personnelles à large échelle ;
  • croisement de données ;
  • personnes vulnérables (patients, personnes âgées, enfants, etc.) ;
  • usage innovant (utilisation d’une nouvelle technologie) ;
  • exclusion du bénéfice d’un droit/contrat.

Publication de la liste des traitements pour lesquelles une analyse d’impact pour les mairies n’est pas requise

Le 22 octobre 2019, la Cnil a publié la liste des types d’opérations de traitement exonérés d’analyse d’impact (5).

Aucune analyse d’impact pour les mairies n’est ainsi requise pour :

  • les traitements mis en œuvre dans les conditions prévues par les textes relatifs à la gestion du fichier électoral des communes ;
  • les traitements, mis en œuvre uniquement à des fins de ressources humaines et dans les conditions prévues par les textes applicables, pour la seule gestion du personnel des organismes qui emploient moins de 250 personnes, à l’exception du recours au profilage ;
  • les traitements mis en œuvre par les collectivités territoriales aux fins de gérer les services en matière d’affaires scolaires, périscolaires et de la petite enfance.

Cette dernière exonération s’applique aux traitements relatifs à :

  • la préinscription, l’inscription, le suivi et la facturation des services en matière d’affaires scolaires, périscolaires, extrascolaires et de petite enfance (la scolarisation en école maternelle et élémentaire) ;
  • le recensement des enfants soumis à l’obligation scolaire ;
  • la restauration scolaire et extrascolaire ;
  • les transports scolaires ;
  • les accueils et activités périscolaires et extrascolaires, les accueils collectifs de mineurs ;
  • la participation à l’organisation matérielle et financière des sorties scolaires, les séjours scolaires courts et classes de découverte dans le premier degré ;
  • l’accueil de la petite enfance au sein des établissements et services d’accueil des enfants de moins de six ans.

En tout état de cause, en cas de doute quant à la nécessité de réaliser une analyse d’impact pour les mairies, il est recommandé d’en effectuer une.

En effet, une analyse d’impact permet non seulement de mettre en œuvre des traitements de données respectueux de la vie privée, mais également faire preuve de la bonne conformité des mairies au RGPD.

Une analyse d’impact peut concerner un seul traitement ou un ensemble de traitements similaires.

La Cnil a, en outre, pu préciser à titre d’exemple que des collectivités qui mettent chacune en place un système de vidéosurveillance similaire pourraient effectuer une seule analyse qui porterait sur ce système bien que celui-ci soit ultérieurement mis en œuvre par des responsables de traitements distincts (6).

En outre, le montant des amendes pouvant s’élever jusqu’à 10 000 000 euros en cas de manquements aux dispositions relatives aux analyses d’impact, une vigilance particulière doit être apportée.

Anne Renard
Marine Hannequart
Lexing Conformite et certification

(1) Règlement (UE) 2016/679 du parlement européen et du conseil du 27 avril 2016 relatif à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données, et abrogeant la directive 95/46/CE (règlement général sur la protection des données ou « RGPD »),
(2) Post précédent : « RGPD dans les mairies : quels impacts ? », du 14-10-2019 ,
(3) Cnil, Délibération n° 2018-327 portant adoption de la liste des types d’opérations de traitement pour lesquelles une analyse d’impact relative à la protection des données est requise, du 11-10-2018,
(4) Groupe de travail « article 29» sur la protection des données, Lignes directrices concernant l’analyse d’impact relative à la protection des données (AIPD) et la manière de déterminer si le traitement est « susceptible d’engendrer un risque élevé » aux fins du règlement (UE) 2016/679, 4-04-2017,
(5) Cnil, Délibération n° 2019-118 portant adoption de la liste des types d’opérations de traitement pour lesquelles une analyse d’impact relative à la protection des données n’est pas requise, 12-09- 2019,
(6) Cnil, « Ce qu’il faut savoir sur l’analyse d’impact relative à la protection des données (AIPD) », 22-10-2019.

image_pdfimage_print