Répression pénale des atteintes aux MTP est licite

Contentieux informatique

La répression pénale des atteintes aux MTP est licite

L’Association pour la promotion et la recherche en informatique libre (APRIL) a sollicité en vain du Conseil d’État l’annulation du décret du 23 novembre 2006. Ce texte applique les dispositions de la loi DADVSI liées aux mesures techniques de protection (MTP), très décriées par le monde du libre puisqu’elles conduisent à rendre pénalement répréhensible le contournement de verrous. Appliqué à la lettre, le décret pénaliserait des solutions technologiques qui permettent « le libre usage de l’œuvre par le consommateur qui en a légalement acquis le support », par exemple le particulier qui cherche à lire un DVD sous Linux ; en violant le verrou du Css (Content Scrambling System ou système de brouillage du contenu) pour lire le DVD, il enfreindrait le décret et s’exposerait à 750 € d’amende.

Le Conseil d’Etat rappelle que, selon la loi DADVSI, les MTP ne doivent pas avoir pour effet d’empêcher que les systèmes communiquent entre eux « dans le respect du droit d’auteur » (principe de l’interopérabilité). Il estime que l’exception de décompilation prévue par l’article L. 122-6-1 du CPI pour permettre le développement de logiciels libres n’est pas remise en cause par le décret, ce dernier ne sanctionnant que la détention de dispositifs « conçus ou spécialement adaptés » pour porter atteinte à une MTP. Il rejette donc la requête en annulation.

Conseil d’Etat 16 juillet 2008

(Mise en ligne Juillet 2008)

Autres brèves

 

(Mise en ligne Juin 2008)

  • L’Autorité de Régulation des Mesures Techniques voit enfin le jour

(Mise en ligne Mai 2007)

  • Pas de droit opposable à la copie privée

(Mise en ligne Avril 2007)

  • Installation de l’Autorité de régulation des mesures techniques (ARMT)

(Mise en ligne Avril 2007)

  • La protection du logiciel au coeur de l’architecture DRM

(Mise en ligne Juillet 2006)

  • Les DRM habilitées, la copie privée sacrifiée ?

(Mise en ligne Février 2006)

 

Alain Bensoussan

Dès 1978, Alain Bensoussan, avocat à la Cour d’appel de Paris, spécialiste en droit de la propriété intellectuelle, en droit de l’informatique ainsi qu’en droit des relations internationales, a fondé un cabinet dédié au droit des technologies avancées.

shares