Cyberattaques : s’assurer est-elle la meilleure solution ?

Cyberattaques : s'assurer est-elle la meilleure solution ?Alain Bensoussan est interrogé par Challenges sur l’opportunité de s’assurer contre les cyberattaques.

« Cyberattaques : pourquoi s’assurer n’est pas la meilleure solution », c’est un titre assez provocateur qu’a choisi le site d’information Challenges.fr pour traiter des risques de cybercriminalité. Alain Bensoussan répond aux questions d’Astrid Landon sur la problématique assurantielle face au caractère exponentiel des cyberattaques.

Les questions que se posent les entreprises sont tout-à-fait légitimes. Va-t-on se diriger vers des assurances qui ne couvriraient que la moitié du risque ? Les risques devenant plus coûteux, cela entraînera-t-il une hausse des prix telle que les entreprises ne pourront plus s’assurer contre les cyberattaques ? L’assurance est-elle vraiment nécessaire lorsqu’une cyberprotection solide est installée en amont ? Plus simplement, la cyberassurance est-elle la meilleure solution à la cyberattaque ?

Les coûts assurantiels sont tels que bon nombre d’entreprises en arrivent à la conclusion que s’assurer n’est pas forcément la meilleure solution.

Sur ces questions, l’Europe accuse un sérieux retard par rapport aux Etats-Unis où la cyber-assurance a vu le jour dès 1998.

Un retard qu’il va bien falloir combler avec l’entrée en application le 25 mai 2018 du règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD). Cette réforme du cadre européen de la protection des données va obliger les professionnels à augmenter leur niveau de cybersécurité.

Alain Bensoussan rappelle qu’en France, la cyberdélinquance est de plus en plus présente.

Les technologies d’attaques sont disponibles en ligne ou sur le dark web. L’article 32 du RGPD oblige à mettre en place des systèmes de sécurité pour protéger les données personnelles. Quant à l’article 33, il contraint dorénavant à notifier à la Cnil les failles de sécurité , précise Alain Bensoussan.

S’ils ne suivent pas les nouvelles directives, les grands groupes pourront être condamnés à une amende représentant jusqu’à 4 % de leur chiffre d’affaires ou 20 millions d’euros.
(…)

Isabelle Pottier
Directeur Études et Publications

Interview de Alain Bensoussan par Astrid Landon, « Cyberattaques: pourquoi s’assurer n’est pas la meilleure solution », parue dans Challenges.fr le 23 juillet 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *