Taxi volant : un nouveau transport fluvial de passagers ?

Taxi volantLe taxi volant Sea Bubble pourrait devenir un nouveau transport fluvial de passagers à Paris. Lors du salon Vivatech, la Sea Bubble a effectué son premier test sur la Seine.

La technologie du taxi volant

Cette technologie s’inspire de l’Hydroptère, passé une certaine vitesse, ce bateau s’élève jusqu’à cinq mètres au-dessus de l’eau grâce à ses ailes immergées.

Les Sea Bubbles reprennent le même principe : quatre ailes implantées sur une coque arrondie pouvant accueillir jusqu’à 4 passagers. Ces capsules sont propulsées par un moteur et des batteries électriques (alimentées par panneaux solaires).

La stabilité des Sea Bubbles est assurée par 4 foils de grandes dérives. Ils sont chargés de maintenir la stabilité en évitant les remous provoqués par la navigation traditionnelle. Les 4 foils assurent la portance supplémentaire au niveau de leurs parties obliques, qui soulèvent la coque au-dessous de la surface.

Sea Bubble est envisagé comme un taxi 100% électrique accompagné d’une application mobile destinée à la réservation en ligne de Bubbles.

Contraintes réglementaires du transport fluvial de passagers

Le transport fluvial est un mode de transports de marchandise et de passagers qui utilise le réseau de canaux et de rivières navigables situés sur le territoire national.

La navigation fluviale de plaisance ou professionnelle est encadrée par le règlement général de police de la navigation intérieure (RGPNI).

Bien que Sea Bubble soit surnommée voiture volante ou taxi volant, elle devra respecter la réglementation fluviale pour pouvoir obtenir le statut de transport fluvial de passagers en France.

Règles de navigation à Paris

Si la Sea Bubble est envisagée dans un premier temps à Paris, elle devra respecter les règles de navigation de Paris.

La navigation dans Paris avec la Sea Bubble devra faire face à différents facteurs :

  • l’importance du trafic et la mixité des types de trafic (bateaux à passagers, commerce, plaisance…) ;
  • les fréquentes manœuvres d’accostage, d’appareillage et de demi-tour ;
  • les nombreux ponts et arches étroites ;
  • les périodes de crues.

La Direction territoriale du Bassin de la Seine précise que tous les bâtiments naviguant dans Paris doivent être équipés d’une installation de radiotéléphonie (VHF). Elle précise également que la veille sur le canal 10 est obligatoire.

Ces obligations s’appliqueront à la Sea Bubble.

Limitation de vitesse sur la Seine

La vitesse de la navigation est limitée au niveau des îles Saint-Louis et de la Cité à 6 km/h (Principales règles de navigation dans Paris).

Hors ces cas spécifiques, la vitesse maximale autorisée est de 18 km/heure, à condition que le bateau se trouve à plus de 20 m des rives et qu’il fasse moins de 20 tonnes de déplacement d’eau. Si non, elle est seulement de 12 km/heure.

A plus de 20 mètres des rives les Sea Bubbles pourront donc circuler au maximum à 18 km/h. A 18 km/h on parcourt 4,5 kilomètres en 15 minutes.

Il faut également ajouter que le dépassement ou trématage est interdit entre :

  • le pont de Bir-Hakeim et la passerelle Debilly,
  • la passerelle Leopold-Sedar-Senghor (ex passerelle Solférino) et le pont des Invalides,
  • le pont Neuf et le pont d’Austerlitz.

Une restriction de navigation est également appliquée en période de crue.

Le taxi volant Sea Bubble devra respecter ces limitations de vitesse pour pouvoir être utilisé sur la Seine.

Documents de bord obligatoires

Les documents de bord qui doivent être laissés à bord du taxi volant Sea Bubble sont notamment :

  • les documents permettant d’identifier le bâtiment si nécessaire (le certificat d’immatriculation, l’extrait d’inscription des droits réels…) ;
  • le titre de navigation ;
  • un exemplaire du règlement général de police.

Obligation du pilote du taxi volant

Le pilote du Sea Bubble devra détenir et maintenir à disposition des autorités, les documents de navigation suivants :

  • le permis plaisance en eaux intérieure (Permis S) ;
  • les attestations spéciales « passagers » ;
  • le certificat restreint de radio-téléphoniste (CRR) ;
  • un brevet de secourisme.

Le syndicat des transports d’Ile-de-France a lancé une étude sur le transport fluvial de passagers en Ile-de-France afin de trouver des solutions pour décongestionner les transports en surface.

La Sea Bubble en respectant les obligations liées à la réglementation des transports fluviaux de passagers pourrait devenir un nouveau moyen de transport, des taxis volants sur la Seine.

Des nouveaux tests du taxi volant Sea Bubble sont déjà prévus sur la Seine fin septembre 2017.

Didier Gazagne
Audrey Jouhanet
Lexing Défense & Sécurité – Drones – Risques

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire