Les objets connectés se rassemblent et se parlent entre eux

Les objets connectés se rassemblent et se parlent entre euxAvec une prévision de 20 milliards d’objet connectés, l’enjeu de l’internet des objets est aujourd’hui de créer des outils pour établir une véritable interconnexion ou un dialogue entre ces objets et ainsi dépasser le stade de la simple collection ou accumulation d’objets connectés à internet.

Dans ce cadre, le management des objets connectés et des données va être crucial pour parvenir à agréger et à analyser l’ensemble des informations produites par les objets connectés.

L’utilisateur qui, à terme, aura peut-être des dizaines d’objets connectés voudra à partir d’un seul outil administrer, consulter les données issues de ses différents objets connectés.

En effet, si aujourd’hui l’utilisateur qui a un ou deux objets connectés peut cumuler les applications pour bénéficier des services offerts par chacun de ces objets, la multiplication des objets connectés rendra nécessaire une rationalisation des applications. Au-delà de cet objectif, les objets devront parler un langage commun pour s’interconnecter entre eux et interagir.

Pour parvenir à cet objectif et permettre au pèse-personne en cas d’augmentation de poids d’indiquer au frigo intelligent de ne pas commander les fabuleux pots de glace pour les soirées télé mais de commander à leur place des fruits, il sera nécessaire de créer une interaction entre le réfrigérateur et le pèse-personne.

Les objets devront être connectés à une plate-forme, qui recueillera les données de ces objets et sera capable de déclencher des actions ou scenarios sur la base des interactions imaginées entre les différents objets.

Les plates-formes mettront à disposition des applications et proposeront des services aux propriétaires d’objets connectés dans un seul et même environnement.

Pour y parvenir, les objets connectés ou plus exactement les applications des objets connectés référencées sur la plate-forme devront utiliser les mêmes technologies et être compatibles entre elles sinon, les échanges et agrégations seront impossibles.

Dans ce schéma, les plates-formes auront un rôle central dans l’internet des objets, elles seront l’intermédiaire entre les développeurs et fabricants d’objets connectés d’une part, et les utilisateurs finaux d’autre part. Elles serviront pour les développeurs à développer des applications qui seront distribuées par exemple sur la plate-forme.

Les plate-formes devront à l’instar des app stores définir des conditions générales d’utilisation pour déterminer les droits et obligations des utilisateurs et de l’éditeur de la plate-forme.

A cet égard, pour créer un environnement de confiance avec les consommateurs, une politique éthique et déontologique devra être définie entre la plate-forme et les utilisateurs d’objets connectés.

Cela s’impose dans la mesure où les plates-formes constitueront un énorme réservoir de données issues des objets connectés suscitant toutes les convoitises notamment du marketing. En outre, la communication entre objets connectés va soulever de nouvelles problématiques juridiques en particulier en matière de responsabilité telle que par exemple la désignation du responsable en cas de déclenchement par un objet d’une action préjudiciable suite à la mauvaise réception ou à une erreur de message lié à une défaillance d’un autre objet connecté, sans compter les problématiques de sécurité et de protection des données.

Quoi qu’il en soit, les plates-formes ne pourront faire l’impasse sur l’élaboration de documents contractuels gérant ces problématiques et les différents acteurs pouvant intervenir. Les plates-formes devront également prendre au travers notamment d’une privacy policy des engagements forts en termes de protection des données tout en assurant transparence et loyauté aux utilisateurs notamment s’agissant de l’information qui leur sera communiquée.

En tout état de cause, que la plate-forme soit une création d’un fabricant d’objets connectés pour ses propres objets ou qu’elle soit ouverte à tout objet connecté, elle constitue une tendance lourde ou forte de l’internet des objets notamment en raison de la puissance qu’elle pourra donner aux objets et des services qu’elle pourra rendre aux utilisateurs mais également aux industriels.

Céline Avignon
Lexing Droit Marketing électronique

Laisser un commentaire